Quel est notre objectif?

 

Haïti, notre pays, en dépit de sa beauté tropicale a une pénurie d’institution scolaire. A cause de cette carence, nombreux sont celles et ceux qui n’ont pas pu bénéficier du pain de l’instruction. Ainsi, si l’on veut aider nos frères et sœurs, qu’ils soient dans le pays ou dans la Diaspora, qu’ils soient jeunes ou vieux, nous devons utiliser tous les moyens dont nous disposons. Peut-être dites-vous, pourquoi contribuer à la formation des gens de la Diaspora puisqu’ils vivent dans de grands pays tels que la France, le Canada, les Etats Unis etc. Savez-vous qu’un compatriote qui vit dans ces pays et qui n’avait pas eu la chance de fréquenter l’école a de l’anglais ou du français seulement pour bosser ? Ils ignorent les choses les plus élémentaires. Que de fois, ils sont obligés d’avoir 3 jobs tout simplement parce que leur niveau d’éducation est bas et la pitance qu’ils gagnent ne leur permet pas de payer leurs factures. Ces frères et sœurs, ceux qui sont en Haïti et ailleurs ont besoin d’aide dans le domaine d’éducation, de formation, d’information et même de distraction.
Voilà où Radio Vision Inter trouve sa place et sa raison d’être. Cette station de radio est créée pour être au service des plus pauvres et des plus méprisés.

Quelque temps de cela, quelqu’un nous a été introduit par un ami à nous. Selon la bienséance, on se faisait les connaissances d’usage. Cet homme, un type de bien apparemment, en nous donnant son nom, nous disait qu’il était professeur. Tout de suite, avec courtoisie et une voix  douce, nous l’avons repris en disant : « Monsieur, vous n’étiez pas professeur, vous êtes professeur ! » Il est des titres qui vous suivent que vous soyez dans l’exercice d’une fonction ou pas. On pourrait prendre par exemple un médecin, un avocat même un sénateur qui, dans bien des cas, n’avait qu’un mandat de 2 ans. Un professeur reste et demeure un prof qu’il ou qu’elle continue d’exercer son métier ou non. Que dire vraiment à propos de nous? Nous sommes des éducateurs de carrière qui ne se tiennent plus devant un tableau, ayant un bâton de craie en main et enseignant aux enfants l’application des concordances de temps, la littérature, la philosophie, les physiques ou les mathématiques. Nous n’avons plus des salles mal aérées  remplies d’étudiants qui ont toutes les peines du monde à pouvoir apprendre non parce qu’ils ont de mauvais professeurs mais parce que le système leur fait défaut. Nous avons, par contre, l’internet, les sites web, les réseaux sociaux qui, dans une certaine mesure sont plus puissant que des établissements scolaires. Il est vrai que la majorité de nos jeunes utilisent ces derniers à mauvais escient. Ils les utilisent pour faire la cour aux jeunes filles et aux jeunes garçons ; ils se servent de ces outils excellents pour inciter les gens à la violence, à la drogue et à la prostitution. D’autres les utilisent pour médire de leurs semblables.

Nous autres, nous nous donnons un défi : utiliser l’internet, les réseaux sociaux, les sites web particulièrement www.sentimentalefm.com pour éduquer, pour informer, pour former et pour amuser.  Merci de nous avoir visités !